Les sciences de l’éducation: produit de tensions. Réponse à une lecture romantique de l’école et pure de la science

  • Bernard Schneuwly

Abstract

La contribution réagit de manière critique à la thèse de W. Herzog postulant l’instrumentalisation de la science par la politique dans le processus de réforme actuelle de l’école en Suisse. Elle décèle dans le texte de Herzog une pensée dichotomique qui conçoit le politique comme instance technocratique d’instrumentalisation, et qui oppose une école artisanale romantique à une vision de l’école comme entreprise standardisée, et une vision d’une science critique pure à une vision de la science soumise aux demandes du politique. Tout en intégrant des dimensions critiques du dis-cours de Herzog, la contribution décrit les contradictions inhérentes aux entités qu’il aborde: le politique, l’école, la profession et la science. Ces contradictions sont le moteur du développement de ces entités et définissent les lieux possibles, multiples, d’interventions pour les acteurs.

Published
02-06-2008
How to Cite
Schneuwly, B. (2008). Les sciences de l’éducation: produit de tensions. Réponse à une lecture romantique de l’école et pure de la science. Swiss Journal of Educational Research, 30(1), 83-92. https://doi.org/10.24452/sjer.30.1.4780
Section
Thematic contribution